L'extrême droite en Suède

Extrême droite au pouvoir: non
Au pouvoir: non
Extrême droite représentée au Parlement national: oui
Au Parlement national: oui
Extrême droite représentée au Parlement européen: oui
Au Parlement européen: oui

SD | Les démocrates de Suède

  • Score aux dernières législatives: 20,6%
  • Au pouvoir: non
  • Représenté au Parlement national: oui
  • Représenté au Parlement européen: oui

Dernières élections législatives: septembre 2022
Prochaines élections législatives: septembre 2026

La Suède a été préservée de l’extrême droite durant plusieurs décennies. Ce n’est qu’au début des années 2000 que le parti Les Démocrates de Suède (Sverigedemokraterna – SD) ancre durablement l’extrême droite dans le paysage politique suédois. À son origine, ce parti regroupe plusieurs groupuscules haineux et accueille des néo-nazis. Depuis son entrée au Riksdag en 2002, son poids électoral ne cesse de croître mais se heurte continuellement au cordon sanitaire politique et médiatique.

À l’instar du Rassemblement national français, le SD va développer une stratégie de dédiabolisation afin d’accéder au pouvoir : changement de logo, exclusion des cadres néo-nazis, filtrage des nouveaux candidats, distance vis-à-vis d’autres partis européens d’extrême droite. Le changement s’opère aussi sur le fond en plaidant davantage pour une limitation de l’immigration et non plus un arrêt pur et simple.

À l’inverse d’autres pays européens qui ont vu l’extrême droite se développer chez eux suite à la crise financière de 2008 et la perte de confiance envers la classe politique, le SD semble se développer davantage dans un espace politique et socio-économique laissé vacant par la convergence idéologique des partis traditionnels.

Cette stratégie porte ses fruits: après une percée en 2018, avec 17,5% des voix, les Démocrates de Suède ont obtenu plus de 20% des voix aux élections de septembre 2022, ce qui en fait le premier parti de droite. Un gouvernement minoritaire d’une coalition de trois partis de centre-droit est formé avec le soutien des Démocrates de Suède. L’extrême-droite n’entre pas au gouvernement mais celui-ci en est dépendant.

Partagez sur: